Skip links

Qualité de vie au travail : exemples de stratégies

La qualité de vie au travail est un enjeu de plus en plus fondamental pour les entreprises. Des tendances lourdes l’expliquent : évolution des attentes des employés vis-à-vis de leur travail, explosion des parcours professionnels qui mettent à mal la « loyauté » salariale, prise de conscience des entreprises face aux risques psycho-sociaux…

Pour toutes ces raisons, la QVT est au coeur des efforts des responsables RH. Néanmoins, il n’est pas toujours facile de maîtriser les solutions concrètes qui peuvent exister pour favoriser le bien-être des salariés. Il est donc utile de faire l’état des lieux des stratégies disponibles. Dans ces exemples, la qualité de vie au travail est favorisée, souvent par des actions simples et faciles à mettre en place dans votre entreprise. Tour d’horizon des meilleurs exemples de stratégies de qualité de vie au travail en entreprise.

Qualité de vie au travail : l’exemple des solutions de dialogue

Ce premier exemple de stratégie de qualité de vie au travail peut avoir deux utilités : d’abord, une solution de dialogue peut être utilisée en amont de la mise en place d’actions QVT, pour faire un état des lieux de la qualité de vie dans l’entreprise. Ce rôle d’audit est souvent nécessaire pour mettre en place les bonnes mesures et être en phase avec les besoins concrets des équipes.

La deuxième fonction d’une solution de dialogue est d’accompagner la stratégie QVT sur la durée et d’entrer dans le quotidien de l’entreprise. Il s’agit d’avoir une écoute constante et attentive de chaque collaborateur, en créant un espace de dialogue pérenne. Les équipes peuvent alors utiliser les outils d’écoute, souvent numériques, pour faire part de leurs difficultés dans l’entreprise, par exemple.

Dans les deux cas, ces solutions permettent d’anticiper les difficultés, de prévenir les risques, et d’orienter les actions et la définition de la qualité de vie au travail pour l’entreprise.

Exemple qualité de vie au travail : focus « hors les murs »

Ce deuxième exemple d’efforts qualité de vie au travail concerne s’intéresse à toutes les conditions des équipes en dehors du temps de travail et hors des locaux de l’entreprise. A noter que nous ne nous intéressons pas ici aux enjeux du télétravail qui seront traités plus bas.

Le travail est évidemment structurant pour l’organisation de la vie des collaborateurs. Transports, équilibres vie privée – vie publique, événements de vie qui peuvent justifier un assouplissement des horaires, voire une répartition différente du temps consacré à la vie professionnelle… la qualité de vie au travail, dans cet exemple, touche tout ce qui se trouve autour du travail, justement. A cet égard, le rôle du manager dans la qualité de vie au travail est centrale. C’est lui qui sera en mesure d’écouter les besoins de chacun et de mettre en place les ajustements nécessaires.

De nombreuses solutions peuvent permettre aux collaborateurs de trouver dans leur travail le soutien global qu’ils attendent, pour améliorer leurs conditions de vie en général. Il peut s’agir d’actions très concrètes, comme l’installation d’un garage à vélos sécurisé ou la mise en place d’une solution de covoiturage entre salariés. Sur le plan organisationnel, une solution peut être une augmentation de l’autonomie du collaborateur quant à son emploi du temps. Il n’est pas toujours nécessaire de conserver la journée de travail « classique » qui peut s’avérer contraignante pour un salarié. Dans ce cadre, c’est évidemment le dialogue qui doit prévaloir, mais aussi une attention portée à l’encouragement de ces pratiques. Elles sont souvent perçues par les collaborateurs comme un signal négatif qu’il faut éviter de lancer à sa hiérarchie.

Cet exemple d’enjeu qualité de vie au travail permet aussi de comprendre combien le bien-être au travail touche une gamme extrêmement large d’éléments. En dehors comme sur le lieu de travail, les responsables RH doivent donc redoubler de créativité dans les solutions proposées.

Qualité de vie au travail : l’exemple du télétravail

Il est évident que la généralisation du télétravail est une des conséquences majeures de la crise du coronavirus, même si cet enjeu n’a pas attendu la crise sanitaire pour être au coeur des accords QVT des entreprises françaises. A cet égard, deux chantiers ont et continuent de demander les efforts des responsables RH et des dirigeants.

D’une part, il a fallu organiser la continuité du travail en télétravail. Autrement dit, comment assurer que chacun puisse travailler dans les meilleures conditions possibles depuis chez lui ? Cette question n’est pas entièrement résolue dans le sens où le télétravail, au moins partiel, tend à se généraliser lorsque c’est possible. Il s’agit là d’une demande d’une partie importante des collaborateurs, qui rejoint les enjeux d’équilibre personnel dont on parlait précédemment.

D’autre part, il a fallu déployer une créativité nouvelle pour assurer la qualité de vie au travail en télétravail. Il s’est agi non seulement de maintenir un dialogue rendu plus difficile par l’absence de contacts humains directs, mais aussi de faire face à de nouveaux rapports entre personnes ou entre les personnes et leur cadre de travail. Dans cette nouvelle configuration, les entreprises se sont tournées en priorité vers les outils digitaux de qualité de vie au travail.

Désormais, il est nécessaire de redonner du sens à la présence physique au bureau, qu’elle soit totale ou partielle. Pour mieux accompagner les collaborateurs dans leur retour dans les locaux, de nombreux RH mettent en place des actions QVT physiques, comme la création d’activités physiques ou créatives dans les locaux.

L’exemple QVT des petits détails… qui changent tout

Bien souvent, la qualité de vie au travail est une affaire de détails. Il n’est pas forcément nécessaire de mettre en place des chantiers colossaux (et coûteux) pour améliorer le bien-être au travail de chacun. Des petites attentions peuvent suffire à changer la donne. C’est par exemple le cas des entreprises qui proposent des snacks et des produits de qualité (fruits, café, etc) en libre service dans les locaux.

C’est encore une fois l’exemple de qualité de vie au travail des activités hebdomadaires, en physique ou en visio-conférence, offertes aux collaborateurs pour se retrouver dans un cadre différent. Il peut s’agir de cours de sport variés dont on connaît l’impact sur le bien-être en général, mais aussi des activités culturelles ou créatives qui permettent à chacun de dévoiler ses talents ou d’apprendre ensemble de nouvelles choses : l’entreprise devient alors un vecteur de développement personnel nouveau, en dehors du spectre de sa propre expertise.